< Accueil < Retour



Relief et paysages

Le relief est de type alvéolaire. Il conditionne l’ensemble de l’organisation des paysages et de l’habitat et est creusé par de nombreux cours d’eau, principalement la Vienne, qui provoquent une érosion intense, façonnant ainsi des collines aux pentes douces, et les alvéoles : modelés caractérisant ce type de paysage. Ces différents modelés sont le résultat d’une érosion différenciée qui a laissé les roches les plus denses tout en creusant le paysage aux endroits les plus friables. Les nombreux cours d’eau présents, et prenant leur source sur le Plateau de Millevaches, amplifient beaucoup ce phénomène. La Vienne notamment, marque le territoire et sa vallée peut être considérée comme l’axe central autour duquel s’organise l’ensemble du paysage alentour.

Ici et là, on peut voir de nombreux "chaos rocheux", des parties de roches plus denses épargnées par l'érosion. Certains sont connus sur la commune et valent le détour, comme les rochers de Nègremont ou le Rocher du Sauvage.
La vallée de la Vienne traverse toute la commune, en dessinant le long de son cours des petits microcosmes variés. Ses versants sont extrêmement boisés, en premier lieu par des feuillus, caractéristiques de la région, notamment le chêne et le hêtre. Depuis les années 1960, de très importantes plantations de conifères ont eu lieu. Aujourd'hui, ces plantations ferment complètement un paysage autrefois composé de landes à bruyères et de quelques bosquets de feuillus. Ces conifères, douglas et épicéas surtout, ont totalement bouleversé et affecté le paysage de Rempnat comme de l'ensemble de la montagne limousine.

De façon générale, le territoire de la commune présente donc un aspect "sauvage" et naturel qui plaira à tout amateur de tourisme vert. Arbres, forêts, rivière, relief et rochers moussus constituent un paysage attractif pour celui qui recherche l'authenticité d'une nature préservée.

Climat

La commune de Rempnat se situe dans une zone qui constitue la première forme de relief depuis l’océan, à environ 250 km de là. Par conséquent, elle est marquée par un climat océanique très humide. Les précipitations y sont élevées, et cela se traduit par une forte abondance de cours d’eau. La région est caractérisée par ce climat océanique assez humide avec des pluies comprises entre 1200 et 1600mm par an, et qui s’étalent sur 120 à 150 jours. Elles sont assez bien réparties entre les saisons.

Patrimoine naturel

Il n’existe plus aucun milieu naturel, au sens strict du terme, en Limousin et même au-delà, dans la plus grande partie de l’Europe. Comme ailleurs, les paysages de la commune de Rempnat sont des paysages humains. Ce sont eux qui les ont façonnés depuis des millénaires. Des études de pollens prélevés dans des tourbières sur le Plateau de Millevaches montrent que l’environnement fut modifié dès la préhistoire. A force de défrichement, de drainages, et proportionnellement à l’évolution démographique, l’homme a profondément modifié le milieu dans lequel il vit.

Cet impact sur le milieu naturel a connu son apogée à la fin du XIXème siècle. Mais les bois qui ont aujourd’hui remplacé les landes et les champs ne sont pas davantage le fruit d’un retour à la nature. L’omniprésence des résineux menace la bio diversité et appauvrit des sols déjà fragiles, pâturés et cultivés des milliers d’années durant, Cependant, elle a permis, au pire moment du dépeuplement des campagnes, de préserver les ressources de certaines familles. A l’origine, la plantation de résineux avait surtout pour but de permettre aux paysans de s’en sortir face aux affres de la révolution agricole. Les plantations de résineux ont servi de véritables « banques » pour certains propriétaires.

Cependant, beaucoup d’anciennes terres de culture ou d’élevage sont retournées à la friche. Le hêtre et le chêne, principales essences présentes à l’origine, ont largement progressé de nouveau. Certains arbres anciens servaient à ombrager les chemins, à protéger les villages des vents et autres aléas climatiques. Certains dressent encore leurs branches et donnent un cachet certain à beaucoup de lieux sur la commune. Mais certaines pratiques dans l'exploitation forestière pas toujours respectueuses de l’environnement ont tendance à bouleverser ces milieux selon un rythme que la nature peine à suivre.

La faune
La faune n’a eu de cesse de s’appauvrir. La disparition des grands prédateurs et de nombreuses autres espèces a largement affaibli la bio diversité. Chevreuils et sangliers sont eux, omniprésents. On trouve encore des renards et des blaireaux, des martres et des fouines. En revanche, loutres, truites, saumons (présents dans les cours d’eau de la commune il y a moins d’un siècle) ont largement régressé, voire disparu de certaines zones géographiques. Des espèces invasives, comme l’écrevisse dite « américaine », menacent par contre directement les équilibres naturels de certains milieux.

Des actions de protection sont mises en place depuis plusieurs années pour préserver les espèces rares, comme la moule perlière d'eau douce, présente dans la Vienne à Rempnat.

Quant aux oiseaux, on trouve un nombre d’espèces plus important. Les traditionnels geais et buses s’accompagnent de quelques faucons, de pics verts, et la nuit résonne des cris mystérieux des chouettes hulottes et effraies, qui habitent encore les haies, les granges et les clochers. Le nombre de passereaux, toujours bien présents, a également diminué en terme de diversité. Si les mésanges (bleues, charbonnières, à longue queue, huppées ou nonnettes), les rouges gorges, pinsons, bouvreuils et autres chardonnerets, restent les hôtes de nos jardins et forêts, d'autres, comme la huppe fasciée sont en régression. On peut observer le même phénomène pour les hirondelles, encore très actives quand elles arrivent chez nous au printemps, mais dont le nombre est très sensiblement en baisse.

Un certain nombre de reptiles et de batraciens sont également présents, comme la salamandre terrestre, la vipère aspic. Les principales menaces qui pèsent sur ces espèces sont, comme ailleurs, d’origine humaine : pollutions, destruction des habitats (notamment les murets et constructions anciennes qui sont autant de repères pour de nombreuses espèces), appauvrissement des milieux…etc.

Il en va de même pour les insectes et papillons. Le cerf volant et le « rhinocéros » sont bien connus de nos régions, mais moins visibles qu'avant. Les variétés de papillons sont touchées aussi par la diminution de la bio diversité ; on peut noter, outre les piérides et paons du jour très communs, quelques spécimens de grands portes queues, de moro-sphinx et de quelques espèces nocturnes remarquables ( sphinx du tilleul,etc..)

La flore
La flore que l'on peut rencontrer sur le territoire de la commune est également significative d'une région de transition : on y trouve quantité de plantes sauvages poussant en plaine, avec en plus des caractéristiques liées aux sols granitiques (marguerites, achillées, digitales, fougères, par exemple) auxquelles s'ajoutent et se mélangent certaines espèces de moyenne montagne, comme la scabieuse, le doronic, l'épilobe, la renouée bistorte et même la gentiane jaune, que l'on retrouve en petites colonies un peu plus haut sur le Plateau, mais qui était à une époque présente sur Rempnat, en bordures de prairies ou de landes et qui a aujourd'hui disparu. Cette diversité végétale a en effet et malheureusement tendance à s'atténuer, comme pour les autres domaines du patrimoine naturel, à cause de l'évolution des activités humaines.

Cette problématique a sensibilisé certains organismes partenaires des collectivités, comme le Parc naturel régional qui s'investit dans des actions de préservation des milieux naturels, avec des programmes comme « natura 2000 » le long de la Vienne en particulier.

Des plantes rares, vivant dans les zones humides, comme l'Erythrone « dent de chien », sont présentes également sur le territoire de Rempnat.
La nature de cette partie du Limousin où se trouve la commune de Rempnat, est encore, malgré les régressions observées, dense et variée, avec des sites remarquables. En résumé, si l'on compare avec d'autres nombreuses régions, la commune bénéficie d’un milieu relativement préservé, qui doit être protégé et mis en valeur.